Exposition - Regards croisés sur l'architecture

Dans le cadre de l'exposition"Regards croisés sur l'architecture" qui s'est tenue à l'INSA Rouen du 14 septembre au 15 octobre 2015 l'artiste Didier Courbot, qui a oeuvré à la réalisation «du 1% artistique» sur le site de l'INSA Rouen au Madrillet, a témoigné ses difficultés, ses doutes mais surtout l'enrichissement à travailler avec des partenaires porteurs d'une autre culture professionnelle, ingénieurs et architectes. 

Depuis 1951, la disposition légale «du 1% artistique» (ou parfois «1% culturel» ou encore «1% décoratif») institue la création d’œuvres d’artistes-plasticiens actuels associés à la création architecturale publique. Le montant attribué au projet artistique est calculé en fonction du montant (hors-taxes) total des travaux, hors honoraires de l’architecte, hors travaux de voirie divers, hors équipements mobiliers. À l’INSA Rouen, le 1% artistique a été confié à Didier Courbot qui a réalisé un travail sur l’espace situé devant le bâtiment Magellan.

 

En quoi consiste le métier d’artiste contemporain selon vous et quelle est votre démarche artistique globale représentative de votre travail ? 

À vrai dire je ne sais plus ce qu’est le métier d’artiste contemporain. En 20 ans de carrière professionnelle les choses ont bougé, et moi avec. Ce qui est attendu de la part des artistes contemporains varie en fonction du commanditaire, du lieu d’exposition, des circonstances. Dans certains endroits on attendra de l’artiste un travail décoratif, divertissant, dans d’autres on demandera à l’artiste d’être impliqué socialement etc... Il n’y a donc pour moi aujourd’hui aucune définition du travail de l’artiste et j’ai le sentiment qu’il vaux mieux être en retrait du milieu de l’art pour pouvoir produire un véritable travail.

En quelques mots, pouvez-vous rappeler quel était le cahier des charges qui était fourni pour la réalisation du 1% à l’INSA et ce qui vous a incité à y répondre ?

Le cahier des charges du 1% s’adressait à un groupement artiste-paysagiste et concernait la réalisation d’une œuvre dans l’espace extérieur de l’INSA Rouen, prenant en compte ou intégrant l’agrandissement prévu du parking. Ayant bénéficié d’une formation dans les deux domaines, j’ai répondu seul en souhaitant transformer la partie paysagiste et fonctionnelle en œuvre d’art. 

 

Quelles ont été vos propositions artistiques et étaient-elles dans la continuité ou dans la rupture avec vos travaux précédents ?

Ma proposition est fidèle a mes travaux précédents. C’est à dire que je m’intéresse toujours énormément au site, que ce soit un lieu d’exposition ou un lieu public. Je regarde son fonctionnement, ses qualités et défauts avant de proposer quoi que soit. Au tout début de ma carrière les moyens que j’utilisais étaient modestes, des actions simples avec des matériaux de la vie courante. Le 1% permet une mise en œuvre plus conséquente et plus durable.

J’ai donc travaillé sur l’agrandissement du parking avec une démarche d’artiste et surtout proposé la création d’une allée/parvis afin d’accueillir convenablement les étudiants. Il me semblait évident que l’on ne pouvait répondre à ce 1% avec une sculpture ou installation sans prendre en compte cet élément essentiel du site originel, l’absence de traitement de l’entrée piéton pour un site aussi fréquenté.

 

Sur le temps de réalisation, quelles ont été les contraintes majeures et comment les avez-vous surmontées ? 

Les contraintes majeures étaient surtout liées aux relations avec le maître d’ouvrage et aux assistants que j’avais rassemblés. Le maître d’ouvrage était en effet peu coutumier de cette procédure du 1% artistique. Cela a beaucoup compliqué la partie administrative. En outre, un ingénieur de l’équipe a fini par nous quitter sans crier gare en nous laissant ses erreurs à rattraper. Bref ce fut un projet très difficile, de ceux qui vous font douter de votre travail.

Quelles conclusions tirez-vous de cette expérience ? 

J’adore cette échelle de travail avec tout ce qu’elle implique : le travail d’équipe (si elle fonctionne bien !), l’élaboration du projet, le travail sur le site, le chantier. C’est la partie la plus passionnante avec la mise en œuvre des matériaux. Enfin, il y a la satisfaction de savoir qu’une œuvre se trouve insérée dans la vie de tous les jours, fréquentée quotidiennement par des utilisateurs. Malgré la satisfaction que j’éprouve d’avoir fait ce travail et de le voir bien utilisé, cela demande une énorme quantité de travail et de nombreuses difficultés ont été rencontrées. Et le milieu de l’art ne porte, à vrai dire, que peu d’intérêt et de reconnaissance professionnelle à ce type de production.   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Agenda numéro 30

Revue de presse 30

Fusion de la Normandie : le CESER de Haute-Normandie veut des garanties pour les structures régionales

Fusion de la Normandie : le CESER de Haute-Normandie veut des garanties pour les structures régionales

INSA Rouen. Partenariat avec Capgemini

INSA Rouen. Partenariat avec Capgemini

I'média est la propriété de l’INSA de Rouen. Institut National des Sciences Appliquées (I.N.S.A.) de Rouen - BP08, Avenue de l'Université - 76801 Saint-Étienne-du-Rouvray / Téléphone : 33 [0] 2 32 95 97 00 / Toute reproduction est interdite sans autorisation de la cellule Communication. Directeur de la publication: Mourad BOUKHALFA, Directeur de l'INSA Rouen Normandie - Équipe de conception, réalisation et de rédaction : Orlane DRUX et Maxime REYNET / Nous remercions toutes les personnes ayant participé à l'élaboration de ce numéro.